A quel prix proposer son ebook?

Une fois le livre prêt à publier, l’auteur va devoir se pencher attentivement sur sa future politique tarifaire. Nouvelles angoisses en perspective. En effet, le choix du prix est déterminant dans le cadre du lancement. Un prix mal calculé, c’est un lancement plombé. Un lancement plombé, c’est un livre qui disparaît des écrans radars. Et pour le faire remonter dans les classements, vous pourrez toujours sortir les rames car la galère ne fera que commencer. A vous, les joies de l’auto-promotion sur les réseaux sociaux, auprès d’autres auteurs qui s’en battront le coquillard. A vous, l’Académie Trucmuche… Bref, autant ne pas se tromper de prix.

Lorsque vient le moment de choisir à quel prix on va proposer son oeuvre, il est primordial de ne pas perdre de vue la réalité, ni le plancher des vaches. A ce stade, nous ne sommes pas des auteurs, nous ne sommes personne. Aucun lecteur n’a entendu parler de nous. Aucun n’a donné son avis sur notre ouvrage. Nous-mêmes, nous sommes bien incapables de savoir si ce dernier va marcher. Une nouvelle fois, avant de prendre votre décision, je vous conseille donc d’aller traîner un peu dans votre future catégorie, pour voir ce qui s’y vend et à quel prix (de toute façon, autant vous y habituer tout de suite parce que cette foutue catégorie, vous allez y passer votre vie). Bien sûr, le prix est modifiable à n’importe quel moment mais un prix de lancement mal calculé peut vous faire rater… votre lancement.

A mon avis, la première question à se poser est : quel est l’objectif que je vise? Me faire connaître, essayer de rentrer dans le Top 100 ou simplement, avoir la satisfaction de me dire que je l’ai fait? Que j’ai publié? Si c’est cela, la raison de votre publication (= une pure satisfaction intellectuelle), le choix du prix importe peu. Même 15€, pourquoi pas, bien que, personnellement, je considère qu’un prix pareil est tout bonnement suicidaire. Mais si votre but ultime, c’est d’essayer de percer, alors, dès le début, vous devez accepter une réalité toute simple : moins ce sera cher, plus vous vendrez.

Soyons lucides : qui va débourser 15€ (= le prix d’un livre papier d’un auteur reconnu)  pour un ebook auto-publié? La réponse est simple : personne. Et ce, quel que soit le nombre de pages. Sous Kindle, le nombre de pages importe peu. Le prix ne se calcule pas au kilo. Même si votre livre fait 700 pages, ce n’est pas une raison pour le vendre 2 fois plus cher qu’un livre de 300 pages. Il existe des paliers, et je vous conseille de vous y conformer.

Ainsi, dans la plupart des catégories, les ebooks d’auteurs à succès sont en général proposés entre 4,99€ et 7,99 € (rarement davantage). Dans la catégorie qui est la mienne, à ce prix, vous avez toutes les séries et auteurs qui cartonnent : les vampires Scanguards, Twilight, la collection Nocturne Harlequin, Stephen King, Game of Throne, et tutti quanti. Autant dire que je marchais sur des oeufs, avec mes Histoire de Sang à la con… La seule chance que j’avais de percer, c’était de me positionner en dessous, même pour des romans qui, une fois transformés en version papier, affichent plus de 350 pages. Quand on réalise dans quelle cour on va jouer, on se fait tout petit, on range son orgueil dans sa poche et on met son mouchoir par-dessus.

J’ai donc choisi de me lancer à 2,99 USD (les prix sont d’abord rentrés en USD sur Amazon puis convertis en €), soit un prix lecteur de 2,68€. Et je n’en ai plus bougé. Je me suis dit que pour l’équivalent de 3 baguettes de pain achetées en supermarché, peut-être que quelqu’un aurait envie de me lire. Je pense que j’ai eu raison.

Mon conseil est donc le suivant : si vous publiez moins de 200 pages, tapez carrément en-dessous (entre 0,99€ et 1,99€). Au-delà de 200 pages, limitez-vous à 2,68€. Cela ne fait pas lourd, vous allez me dire. Détrompez-vous. Sur 2,68€, l’auteur touche 1,76€, net dans sa poche, soit 65% du prix. Pour vous offrir le même taux de redevance par ouvrage, un éditeur papier devrait accepter de tirer à au moins 30000 exemplaires vos chefs d’oeuvre , lesquels seraient revendus à 18€ pièce. Un auteur inconnu, tiré à 30000 exemplaires? Nous venons d’entrer dans la 4ème dimension… Alors que le Kindle, lui, il vous « paye » dès la première unité…

D’où, quelque part, la fronde de nos amis éditeurs papier… Car, pour un auto-publié qui cartonnerait sur internet (avec rappelons-le, une totale liberté d’écriture tant qu’on ne fait pas l’apologie du nazisme ou de la pédophilie), la volonté de se mettre dans les mains d’un éditeur reconnu représente, à terme, un intérêt limité. D’autant que, détail qui peut avoir toute son importance (on ne sait jamais, vous êtes peut-être en train d’écrire « Le » livre dont les américains s’arracheront bientôt le scénario), en signant un contrat avec un éditeur officiel, vous perdez instantanément, par un simple coup de baguette magique (aïe, ça fait mal…), tous vos droits sur une future adaptation (ciné, télé, ou autre). A méditer sérieusement.

Vous me direz : et qu’est-ce qu’on gagne, à vendre des ebooks à 2,68€? Et bien, si le texte est bon, une véritable opportunité de le voir progresser dans les classements, intégrer le Top 100 et s’y maintenir. Et ensuite? Pourquoi pas, l’espoir d’ en vivre. Prenons pour objectif un revenu de 2000 € (pour qu’après paiement de vos cotisations d’indépendant, à l’arrivée, il vous reste le SMIC). Combien d’ebooks à 2,68€ (rapportant à leur auteur 1,76€ net) faut-il vendre pour parvenir à engranger ce revenu? 1137 ebooks par mois soit, pour un mois de 30 jours, 38 par jour. C’est beaucoup? C’est faisable (véridique…). C’est surtout beaucoup si vous n’avez qu’un seul titre en rayon. Mais si vous en avez 2, le ratio tombe à 19 par titre. Et à 13 pour 3, etc… C’est également beaucoup si votre titre n’est disponible qu’en français et que vous ne vendez que sur amazon.fr. Mais s’il est traduit, et que vous touchez amazon.com et amazon.co.uk?… Et qu’au lieu d’un seul titre, vous en avez 3, ou plus? A terme, si vous vendez quotidiennement 5 exemplaires de chacun des tomes dans chacune des boutiques, vous en vivrez (Et 5, ce n’est pas la mer à boire, quand même, si?).

Même si les chiffres sont fluctuants, sachez qu’il m’est arrivé de vendre 57 exemplaires d’un seul tome, au cours d’une seule journée. Et ce que je viens de vous expliquer, cette multiplication des tomes, des langues de parution et des boutiques comme d’autres multipliaient les pains, c’est bien mon objectif à terme parce que moi, je suis déterminée à en vivre. Et je continuerai à vous faire partager mes « trucs » pour y parvenir.

Moralité : nous allons faire un bout de chemin ensemble. Car, si je réussis à me faire traduire, je vous dirai comment, et par qui. Alors, courage! Tout ce qui compte, c’est que votre excellente prose soit proposée à un prix attractif.

Publicités
  1. Bonjour, il me semble qu’il y a sur amazon un prix de vente minimum fixé à 0,99usd. Petite question : que penserais tu d’un livre de 120 pages Word divisé en 6 épisodes de 20 pages vendus chacun 0,99usd? Est ce réaliste?

    Aimé par 1 personne

    1. Je pense que c’est une excellente idée. J’ai moi-même réfléchi à la possibilité de publier par épisodes (ou chapitres). Effectivement, le prix mini est de 0,99 USD. A ce prix, il n’est pas rare de trouver des nouvelles de quelques pages seulement. Donc, pourquoi pas des épisodes de 20 pages? Cela me paraît un excellent moyen de fidéliser les lecteurs.

      Aimé par 1 personne

      1. J’ai eu cette idée de livres en épisodes suite à la lecture de la série « La brigade des loups » de Lilian Peschet, dont les épisodes faisaient cette taille. Ca représente 50K caractères environ, pour info. L’idée étant, entre autres, de faire une fin « cliff hanger » à chaque épisode, ce qui accroît le caractère accrocheur du livre. J’ai rédigé un roman de cette façon.

        Et en ce moment, chaque semaine, je partage un épisode encore plus petit (1300 mot environ) d’une web-série de SF, dans le cadre d’ateliers d’écriture en ligne (par Olivia Billington et Asphodèle). Une liste de mots étant imposés. Bref.

        Si le concept vous intéresse, n’hésitez pas à venir boire un verre à mon auberge pour voir comment ça se concrétise (pas d’obligation, cela va de soit). ^^

        J'aime

  2. En y réfléchissant mieux et suite à la lecture de cet article j’ai l’impression qu’il vaudrait mieux regrouper 3 épisodes par ebook et donc proposer 2 ebooks à 1,1 usd pour les 6 épisodes, puis peut être proposer l’ensemble en 1 seul ebook de 6 épisodes à 1,99usd. … qu’en penses tu?

    Aimé par 1 personne

    1. Encore une fois, la longueur du texte importe peu dans le prix. Personnellement, je préfère la version des 6 épisodes à 0,99 usd. Ce qu’il faut privilégier, c’est la cohérence du texte. S’il est plus cohérent de le publier en 6 fois, c’est ce qu’il faut faire. Mieux vaut un texte court, de qualité, qu’un pavé de poncifs. Si le texte est bon, le lecteur ne se sentira pas floué d’avoir payé 0,99 usd pour 20 pages, au contraire. Il téléchargera les suivantes. Si ça marche, pourquoi ne pas ensuite les regrouper, mais à 2,99 usd (pour que ce soit logique)? Moi, j’ai fixé la limite à 200 pages mais ne nous voilons pas la face : il y a plein d’ebooks de 50 pages à 2,99 usd, et pas forcément très bons…

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s