Le choix de la couverture et du titre

J’ai choisi de traiter ces deux thèmes ensemble car pour moi, ils vont de pair. Ou disons plutôt qu’ils ont le même objectif : donner envie de vous lire.

Comme je l’ai déjà expliqué dans d’autres articles, je suis de formation commerciale. Tout au long de ma précédente carrière professionnelle, j’ai été amenée à lancer des produits, à les promouvoir, bref, à faire ce que l’on appelle du marketing. Quand j’ai pris la décision de publier, c’est cette expérience qui m’a servi puisque je n’en avais aucune dans le monde de l’édition et que je n’y connaissais personne.

Mon premier conseil concernant le futur visuel de votre livre (couverture + titre), c’est de cibler tout de suite la catégorie dans laquelle vous allez le publier. Normalement, vous devez être en mesure de savoir si c’est plutôt un livre pour enfants, un roman d’espionnage, un thriller, un roman sentimental ou un guide du bien-être. A partir de là, traînez dans les rayons des librairies ou sur internet. Et regardez comment apparaissent, graphiquement, les livres des poids lourds qui publient dans votre catégorie. Parce qu’il va falloir vous en inspirer, au risque d’être tellement décroché que vous n’intéresserez personne.

Moi, je me suis penchée sur la catégorie « Fantasy bit-lit pour adultes et jeunes adultes ». C’est une catégorie très codifiée : un titre pour la série (La Confrérie de la Dague Noire, les Vampires Scanguards, la collection Nocturne…), un autre pour chaque tome. Sur la plupart des couvertures, on trouve des morceaux de corps humains enchevêtrés, de préférence musclés et tatoués. Premier indice : il allait falloir étaler de la viande. Second indice : les titres des tomes importaient peu à mon lectorat. Je vous cite quelques-uns des  best-seller auxquels j’allais me confronter : La tentatrice d’Amaury, la Séductrice de Zane… L’Amant Ténébreux, l’Amant enchaîné, l’Amant déchaîné… Ou mieux encore : Réclamée et engrossée par le loup… Si, je vous jure que cela existe.  Moi, j’aurais un peu de mal à passer à la caisse avec un livre pareil sous le bras, mais bon… Bref, le titre du livre, manifestement, les lecteurs s’en foutaient. Ce qu’il fallait, c’était trouver une identité visuelle basée sur une caractéristique physique mâle qui n’ait pas déjà été utilisée (exit, donc, les biceps et les torses virils), et claquer des titres simples, centrés chacun sur un personnage.

Je tenais déjà le titre générique (de haute lutte, voir l’Episode 1 de l’Histoire d’une Sombre Histoire) et le sous-titre (Celui qui n’avait pas renoncé). Il me restait le problème de la caractéristique physique. Je suis donc allée faire un tour sur une banque d’images (Fotolia, pour ne pas la citer). Car, et c’est un autre point important, vous devez être en mesure de prouver à tout moment que vous disposez de tous les droits  de ce que vous utilisez pour votre couverture. Bien sûr, pour économiser un peu, vous pouvez être tenté d’utiliser un cliché personnel mais attention : imaginez que le livre fasse un carton et que la silhouette floue que l’on entrevoit face à la mer, celle de votre cousine germaine ou de la meilleure amie de votre fille, se dresse un jour devant vous pour vous réclamer des droits d’auteur? Le plus simple, c’est donc d’acheter des images. Coup de chance, dans la rubrique « vampires », j’ai trouvé plusieurs clichés qui me convenaient parfaitement. Je les ai achetés (environ 100 € au total, le prix de ma tranquillité).

J’ai décidé que « ma » caractéristique physique, ce serait le regard. Car il revêt une importance particulière dans mon texte. Je me suis dit qu’à la lecture, on comprendrait pourquoi j’avais mis ces yeux, ceux-là tout particulièrement, sur ma couverture.  En plus, j’aimais bien l’idée d’une couverture que vous suit du regard. Je l’imaginais sur un présentoir, je la trouvais accrocheuse. Après avoir retravaillé l’une des photos pour n’en conserver que les yeux, j’ai donc balancé le tout chez un ami graphiste pour qu’il s’en dépatouille, avec mes instructions. En effet, je pense qu’un graphiste, aussi talentueux soit-il, ne sera pas en mesure de vous proposer quoi que ce soit si déjà, vous-même, vous n’avez pas une idée relativement précise du rendu final souhaité (couleurs prédominantes, style de police, etc…). N’hésitez pas à faire des croquis, des découpages, ou à lui envoyer des photos des couvertures de vos concurrents, pour qu’il comprenne à quoi il doit aboutir. Et lorsqu’il vous renvoie ses propositions, soumettez-les à votre entourage et retenez, de préférence, la version qui remporte le plus de suffrages. Ou, faites des mélanges des versions les plus appréciées.

Donc, une nouvelle fois, mon conseil est : soyez dans le ton. N’essayez pas de réinventer la roue. Certaines catégories exigent des couvertures extrêmement sobres. D’autres, extrêmement chargées. Les titres à rallonge sont très à la mode (Les gens heureux lisent et boivent du café, J’aimerais que quelqu’un m’attende quelque part, etc…). Pourquoi pas? Mais à condition de se positionner correctement et de décrypter les « codes » qui s’appliquent à chaque rubrique.

Enfin, n’attachez pas trop d’importance à la couverture, ou au titre. Personnellement, je ne pense pas qu’une couverture ratée soit de nature à vous faire lourdement chuter. J’ai reçu des commentaires de lecteurs enchantés par le texte, qui ont détesté la couverture. N’empêche qu’ils ont quand même acheté le livre et lui ont attribué 5 étoiles. Et pour les titres, personne ne m’en a jamais parlé, ni en bien, ni en mal. La couverture, ce n’est rien de plus que le papier d’emballage. Au fond, ce qui compte vraiment, c’est ce qu’il y a dedans.

Et si, comme moi, vous envisagez de publier plusieurs tomes, l’important c’est que d’un seul coup d’oeil, le lecteur parvienne à vous identifier. Qu’il se dise : « ah ça, c’est un tome des Sombres Histoires de Sang… » . D’où, la réflexion que vous devez avoir, en cas de série, sur votre capacité à décliner votre première couverture. Ne la « compliquez » pas trop, au risque de ne pas parvenir à la reproduire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s