Une petite consécration

Oui, j’ai gardé le secret. Oui, j’ai été abordée par l’équipe de KDP il y a quelques mois pour témoigner dans le bulletin mensuel. Et non, je n’ai rien dit.  J’ai pondu mon petit texte, j’ai fébrilement cherché une photo d’illustration qui ne soit pas totalement foireuse et j’ai tout balancé.

Et je me disais : s’ils t’écrivent, c’est parce que tu as passé un cap, c’est obligé.

Forcément, j’avais caracolé en tête de la rubrique SF pendant des semaines et mes tomes suivants se vendaient toujours. Mais quand même, il y avait le doute. Ce putain de doute qui vous saisit quand vous recevez un wagon de réponses négatives en provenance des éditeurs en place. En dépit des chiffres de vente et des commentaires lecteurs que vous leur fourrez sous le nez, ils n’en veulent pas, de vos bouquins!  Non, non et non, madame qui n’entrez dans aucune catégorie!

Après, j’ai publié « le Corbeau », que j’adore mais qui n’est pas de la même veine et qui peine à trouver son public. Alors là, ce n’était plus le doute, c’était la Bérézina! Waterloo, Trafalgar, le Chemin des Dames et tutti quanti.  La fleur au fusil, mais la gueule dans le sac quand même.

Mais ça y est, le bulletin est paru. Vous n’en voulez pas de mon moyen âge? Vous n’accrochez pas à ma Geste du Corbeau? Vous allez en souper avec le livre IV et vous allez l’adorer.  Les vampires, c’est « has been »? Tant mieux, ça ira bien avec mes fringues vintage.

Chers amis lecteurs qui suivez ce blog famélique, si vous écrivez comme moi à la va comme je te pousse, n’abandonnez pas, jamais! Comme disait Napoléon, impossible n’est pas français.

Encore sous le coup de l’émotion, me voici infichue de router un lien vers ce fameux bulletin KDP qui me met tant de baume au coeur. Alors tant pis, vous allez y avoir droit in extenso, comme dirait l’autre. Mais n’oubliez pas : tout ce que j’y dis est sincère, cette aventure, je l’ai vécue et je vous la souhaite aussi belle!

Votre Voix
Lise Journet, Auteur KDP

Lise Journet, auteur de Une Sombre Histoire de sang, partage son expérience avec KDP.

« Bien que j’aie toujours été une lectrice assidue, rien ne me prédestinait à devenir écrivain. Début 2013, déçue par un énième ouvrage de fantasy américaine qui m’a laissée sur ma faim, j’ai commencé à écrire cette fameuse histoire que je cherchais depuis des années et que je ne trouvais pas. J’ai ainsi entamé le premier tome de ce qui allait devenir la série desSombres Histoires de Sang.

« Fin 2013, suite à une pause dans ma carrière et encouragée par mon entourage, j’ai décidé de me lancer et de publier mon premier roman, rêvant à une possible reconversion. N’ayant aucun contact dans le monde de l’édition, je me suis appuyée sur mes proches pour relire et corriger les différentes épreuves du livre. S’est ensuite posée la question du canal de distribution et c’est sur le conseil d’une amie que j’ai choisi KDP. Bien sûr, je connaissais Amazon pour y avoir régulièrement commandé des livres mais j’ignorais l’existence d’une plateforme destinée aux auteurs autoédités. J’ai trouvé que la démarche de publication était extrêmement simple et parfaitement expliquée sur le site de KDP, où je n’ai rencontré aucun problème technique. En quelques clics, j’étais prête à basculer dans l’aventure de l’autoédition. Le plus dur a été d’appuyer sur le bouton, tant je craignais l’accueil qui serait réservé à mon roman. Jusqu’alors, il n’avait été lu et commenté que par des proches, qu’allaient en penser de parfaits inconnus ?

« Je me suis lancée le 24 janvier 2014. Bien m’en a pris. Depuis cette date, j’ai vendu plus de 4000 exemplaires des trois premiers tomes de la série desSombres Histoires de Sang. Je travaille actuellement à une suite et à une traduction en anglais.

« Je pense que l’autoédition est un formidable moyen d’exister pour les milliers d’auteurs dont les romans ne seront jamais retenus par les éditeurs traditionnels, sous les motifs les plus divers. Dans mon cas, j’ai découvert que la science-fiction était un genre dédaigné, en France. Qu’il n’était pas possible de me classer dans une catégorie préexistante et que, par conséquent, on préférait décliner. Or, mes romans ont trouvé leur public et beaucoup plus vite que je ne le pensais. J’ai aujourd’hui de fidèles lecteurs qui me suivent et guettent chacune de mes parutions. J’en suis la première étonnée. Et, bien entendue, ravie. Dans l’autoédition, on ne vous oblige pas à retravailler votre texte pour rentrer dans un moule, ni à l’amputer d’une bonne moitié. Le style, le rythme, sont les vôtres. Votre bébé demeure intact, tel que vous le rêviez. Le revers de la médaille étant qu’il faut apporter une attention toute particulière à sa mise en forme et traquer la moindre faute d’orthographe ou de syntaxe, car personne ne le fera pour vous. Vous êtes le seul maître à bord. Aujourd’hui, j’éprouve une totale liberté à écrire ce qui me passe par la tête et une grande facilité à le publier, partout dans le monde. L’autoédition, c’est la chance pour n’importe quel auteur d’être lu, pour des coûts de publication quasi-inexistants.

« J’ai été tentée d’essayer d’autres plateformes qu’Amazon KDP. J’en suis bien vite revenue et aujourd’hui, mes livres sont publiés en exclusivité sur KDP et participent tous au programme KDP Select. Pourquoi ? Parce que le fonctionnement de KDP est d’une grande simplicité, qu’il s’agisse du téléchargement du livre, de ses éventuelles modifications ou des rapports d’activité. Parce qu’en tenant compte des avis des lecteurs dans ses classements, Amazon KDP a permis à une parfaite inconnue de rester en tête de la rubrique science-fiction pendant plusieurs mois, j’en suis la preuve vivante. Parce qu’en agissant ainsi, Amazon KDP met sur un pied d’égalité les autoédités et les autres, démarche extrêmement rare qui mérite d’être soulignée. Parce qu’à chaque fois que j’ai posé une question à l’équipe KDP, j’ai obtenu une réponse rapide, précise et cordiale. Bref, sur Amazon KDP, je me sens un auteur à part entière. Et je compte bien poursuivre l’aventure le plus longtemps possible. »

–Lise Journet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s